Expertise Vétérinaire Nous joindre | Qui sommes-nous? 
 :: Accueil  | Maladies  | Vaccins et médicaments  | Régie et prévention  | Biosécurité  | Documentation  | Trucs et astuces  | Liens utiles  
Site de la féfération des producteurs de bovins du Québec Bienvenue, sur le site Expertise vétérinaire en santé des bouvillons d'abattage et des bovins de type semi-fini. Ce programme est une initiative des producteurs de bouvillons de la Fédération des producteurs de bovins du Québec.
Nouveaux documents
Quoi de neuf?  Quoi de neuf ?
DU SÉLÉNIUM AU MENU POUR UN SYSTÈME IMMUNITAIRE EFFICACE  
Pas de sélénium, peu d’immunité
Au cours des dix dernières années, des recherches menées par des chercheurs de chez nous (Drs Chorfi, Côté, Couture, Fournier) nous ont rappelé que les sols de l’est du Canada (Québec) étaient tous pauvres, voire très pauvres en sélénium (Se). Ils ont démontré, à partir de mesures des niveaux de Se des plantes et de sang de bovins arrivant en atelier d’engraissement, que vos bouvillons étaient carencés en cet oligoélément, et par le fait même handicapés coté immunité.

Soyons pratiques
À moins de fertiliser vos cultures chaque printemps en appliquant 10 à 15 gallons par hectare de Se, ce qui n’est pas pratique, vous devriez opter pour la forme injectable de Dystosel ou de Muse et par l’ajout de Se organique ou inorganique dans l’alimentation quotidienne.

Pour aussi peu que 1,50 à 2 $/animal à l’arrivée
Le Se injectable (Dystosel 1 ml/45 kg ou Muse 1 ml/90 kg) à dose thérapeutique accroit le niveau de Se sanguin à partir de deux jours postinjection et le maintient élevé pour environ trois semaines. Par contre, le Se alimentaire va se manifester en quantité optimale dans le sang après quelque trois semaines d’alimentation. C’est pourquoi on vous recommande l’injectable à l’entrée au parc, avant ou pendant la vaccination d’arrivée, et l’ajout de sels de Se à la ration, peu importe la forme : organique ou inorganique.

Le sélénium inorganique peut suffire
Le Se inorganique est moins dispendieux et produira quand même un niveau sanguin suffisant pour des bovins en période d’engraissement. Des niveaux totaux de 0,4 – 0,6 ppm (ajouter 0,3 – 0,4 ppm de Se inorganique) au niveau de l’alimentation sont suggérés.

Veuillez toutefois consulter votre médecin vétérinaire sur le risque de réactions allergiques lors de l’utilisation de sélénium injectable.
 
BIEN ÊTRE ANIMAL  

Un nouveau code de pratique en 2013
Le récent Code canadien de pratiques pour le soin et la manipulation des bovins de boucherie, en vigueur depuis le 6 septembre 2013, établit des recommandations et des exigences strictes à l’égard de certaines interventions. L’écornage et la castration des veaux en font partie.

Nouvelles exigences à compter de 2016
À compter du 1er janvier 2014, les producteurs auront l’obligation d’utiliser des analgésiques en consultation avec leur vétérinaire pour atténuer la douleur associée à l’écornage des veaux après trois mois d’âge et également pour la castration des taureaux de plus de neuf mois. En janvier 2018, cette obligation s’appliquera aux taureaux de six mois et plus.

La solution pour diminuer la douleur lors de l’écornage à défaut d’utiliser des taureaux acères (génétiquement sans cornes) passe par l’ébourgeonnement vers un à deux mois d’âge au moyen d’une douille, de fers électriques ou au butane et d’une pâte caustique appliquée dès la naissance. Pour la castration, les méthodes non chirurgicales (petits élastiques de format O-ring) effectuées au cours de la première semaine de vie sont à privilégier.
 
BOVITRACE SANTÉ ANIMALE ET EXPERT-VET : LA SOLUTION MODERNE À UNE TENUE DE DOSSIERS EFFICACE  
Bovitrace - Santé animale est un logiciel médical vétérinaire de la Fédération des producteurs de bovins du Québec (FPBQ) greffé à un logiciel de traçabilité et de commercialisation déjà utilisé par une majorité d’engraisseurs de bouvillons au Québec.

Avantages pour le producteur
En entrant les derniers chiffres de la boucle d’identification sur son ordinateur, le producteur aura accès au dossier complet de l’animal, soit l’âge, le poids, la date, le degré de risque et les traitements administrés à l’arrivée ainsi que les traitements curatifs subséquents. De plus, en choisissant un antibiotique prescrit d’après le degré de fièvre, la dose, la voie d’administration et la période de retrait pour la viande apparaîtront et s’inscriront automatiquement au dossier si l’antibiotique devait être administré.

Avantages pour le médecin vétérinaire traitant ou consultant
En un clic, le médecin vétérinaire aura accès à l’historique de chaque animal. Il pourra vérifier l’usage des antibiotiques qu’il y a prescrits au cours d’une période donnée soit en consultant le formulaire médical ou en analysant les dossiers des animaux décédés ou traités en curatif.

Pour information
M. Jean-Sébastien Roy
jsroy@upa.qc.ca

Dr André Cécyre
acecyre@upa.qc.ca
 
PLAIDOYER POUR UNE MORT DOUCE : L'EUTHANASIE  

« La nature est déjà assez cruelle pourquoi en rajouter » Dr Temple Grandin

En matière de bien être animal, s’il est primordial de se pencher sur les méthodes utilisées pour diminuer les souffrances; il devrait en être de même pour les efforts que nous devons déployer pour limiter les dernières souffrances de nos animaux par une euthanasie efficace en temps opportun.

L’euthanasie est la cessation, et ce, sans cruauté de la vie d’un animal lorsque cela s’impose. Tout bovin souffrant d’une maladie incurable (arthrite, paralysie, etc.) ou dont les chances de guérison sont nulles devrait être euthanasié sans retard.

Trois méthodes d’euthanasie sont actuellement acceptées pour les bovins sur les fermes. Pour en connaître davantage, nous vous invitons à lire l’article L’euthanasie des bovins ou plaidoyer pour une mort douce déposé dans la section « Autres documents » de l’onglet
« Documentation ».
 
Alerte mise en garde!  Alerte mise en garde !
© Fédération2004 Copyright. Fédération des producteurs de bovins du Québec