Problèmes de peau des bovins

Les parasites de la peau

Les bovins à l'engraissement sont sujets à petre assaillis par toutes sortes de parasites externes : mouches, mites, poux suceurs et broyeurs. Ces bestioles se nourrissent des tissus du corps tels que le sang ou les débris de peau et peuvent rendre la vie infernale à vos animaux, diminuer leur productivité et engendrer des lésions à la peau qui peuvent être une porte d'entrée pour d'autres microbes. De plus, les parasites qui se nourrissent de sang ont le potentiel de transmettre des maladies. En général, un troupeau infesté de parasites externes ne peut pas atteindre son plein potentiel de production.

Voici une brève description de ces différents parasites et les principaux moyens de les contrôler.

 

Les mouches

Les mouches se caractérisent par le fait qu’elles n’ont qu’une paire d’ailes. Au Québec,
il  y  a  4  espèces  de  mouches  que  l’on  rencontre  particulièrement  dans  les  élevages bovins :  la  mouche  commune,  la  mouche  des  cornes,  la  mouche  d’étable  et  la  mouche
de la face.

 

La mouche commune


La  mouche  commune  ou  domestique  est  un  insecte  commun  dans  les  installations  à bétail.  Les  adultes  n'attaquent  pas  directement  les  animaux,  mais  ils  sont  considérés comme  une  source  de  nuisance.  Ils  se  nourrissent  de  différents  types  d’aliments  qu’ils imbibent  de  salive  pour  pouvoir  ensuite  les  aspirer.  Ils  pondent  leurs  œufs  dans  des bouses  fraîches  mais  aussi  dans  du  matériel  organique  en  décomposition  (déchets  de table, paille humide, etc.). L’habitude qu’ils ont de se déplacer entre les déchets et la nourriture   fait   qu’ils   transmettent   des   bactéries   tels   E.   coli   et   Salmonella   et contaminent  la  nourriture.  Les  fortes  populations  peuvent  réduire  la  valeur  esthétique des  installations,  irriter  les  employés  et  comme  elles  volent  sur  des  distances  de  1  à  3 km, elles peuvent également exaspérés les voisins.

Mouche commune

Source : J.F. Butler, University of Florida

Mouche commune

La mouche des cornes

La mouche des cornes est appelée ainsi à cause de l’habitude qu’elle a de se grouper à la  base  des  cornes quoique  l’on  puisse  la  retrouver  aussi  sur  le  dos,  les  épaules  et  le ventre.  Sa  taille  est  de  moitié  celle  de  la  mouche  commune,  par  ailleurs  elle  lui ressemble  sauf  pour  les  pièces  buccales  qui  sont  de  type  piqueur.  Ces  mouches  ne quittent  jamais  l’animal  et  deviennent  très  abondantes  vers  la  fin  de  l’été  et  au  début de l’automne. À chaque fois qu’une vache défèque, un certain nombre de femelles vont pondre  sur  la  bouse  une vingtaine  d’œufs  chacune  qui  deviendront  des  adultes  au  bout de  10  à  14  jours.  La  mouche  perce  la  peau  et  suce  le  sang.  Les  deux  sexes  peuvent piquer. Elle cause de la douleur et dérange l’animal, interférant avec l’alimentation, le repos  et  les  autres  activités.  Elle  suit  l’animal  nuit  et  jour.  Elle  peut  causer  des  plaies ouvertes  qui  peuvent  s’infecter  et  c’est  sans  compter  le  potentiel  de  transmettre  des maladies d’un animal à l’autre. On estime qu’il faut en moyenne plus de 50 mouches par animal pour constituer un problème économique.

Mouche des cornes

Source : J.F. Butler, University of Florida

Mouche des cornes

La mouche d’étable


La  mouche  d’étable  ressemble  beaucoup  à  la  mouche  commune  sauf  pour  ses  pièces buccales, visibles à l’oeil nu devant la tête, qui servent à percer la peau pour aspirer le sang  de  sa  victime. Les femelles  pondent   sur  des  matières  organiques  en  fermentation comme  des  déchets  de  nourriture,  du  foin  mouillé  d’urine  ou  du  fumier.  Elles  peuvent pondre   environ   800   œufs   durant   les   trois   semaines   de   leur   vie   adulte.   Les   oeufs deviennent adultes en 22 à 58 jours. Ces insectes harcèlent le bétail s’attaquant surtout aux  pattes  et  au  ventre.  Leurs  piqûres  sont  douloureuses  et  les  animaux  ruent  et deviennent  nerveux.  Leurs  productions  baissent.  Les  deux  sexes  peuvent  piquer  et  se nourrissent  plusieurs  fois  par  jour.  Elles  préfèrent  le  soleil  et  se  tiennent  donc  sur  les clôtures  et  les  murs  des  bâtiments  plutôt  que  sur   les  animaux.  Elles  pénètrent  à l’intérieur  des  bâtiments  à  l’automne  et  quand  il  pleut.  Elles  peuvent  transmettre d’autres microbes et parasites et causer des plaies.

Mouche d'étable

Source : J.F. Butler, University of Florida

Mouche d'étable

La mouche de face

La  mouche  de  la  face  ressemble  beaucoup  à  la  mouche  commune.  Elle  se  nourrit  en aspirant les sécrétions oculaires et nasales des bovins ce qui entraîne de l’hypersécrétion.  Ces mouches sont actives du printemps jusqu’au début de l’automne et elles  hivernent  dans  les  bâtiments.  Elles  passent  leur  nuit  sur  la  végétation.  Elles peuvent transmettre des bactéries, en particulier Moraxella bovis, qui cause une infection aux yeux « Pink  eye ». La  ponte des œufs se fait dans du fumier frais et les œufs deviennent adultes en 15 à 18 jours.

Mouches faces

(Source : Clemson University - USDA Cooperative Extension Slide Series, www.insectimages.org)
Mouches de la face

 

Stratégies de contrôle des mouches


Pour contrôler les mouches, la meilleure stratégie serait de les empêcher de pondre en éliminant  au  maximum  les endroits  appropriés.  Par  contre,  comme  la  plupart  pondent dans  du  fumier,  il  est  difficile  dans  le  contexte des  parcs  d’engraissement  d’appliquer cette  stratégie.  On  peut  quand  même  garder  l’environnement  des animaux  le  plus propre possible en évitant de laisser traîner de la paille, du foin ou un  ensilage humide et en ramassant régulièrement le fumier frais. Garder en tête qu’une petite quantité de ces   produits   peut   suffire   à   la   reproduction   d’un   grand   nombre   de   mouches.   À l’extérieur,  le  terrain  doit  être  bien  drainé.  Il  faut  porter  une  attention  spéciale  à l’ensilage qui s’accumule près des mangeoires. Il faudra le disperser pour lui permettre de  sécher  rapidement.  On  peut  compléter  notre  prévention  en  utilisant  un  insecticide (poudre,  liquide  à  verser,  étiquette  d’oreille,  vaporisateur,  etc.),  des  pièges  ou  un produit biologique. Pour plus de détails, vous pouvez consulter le site Internet suivant : Agriculture et agri-food Canada.

 

Hypoderma bovis et Hypoderma lineatum (myase ou hypodermose)


Hypoderma  bovis  ou  lineatum  est  la  larve  d'une  mouche  qui  pond  ses  oeufs  sur  les bovins.  La  mouche  adulte  mesure  de  13  à  15  mm  de  longueur  et  ressemble  à  un  petit bourdon. Ces mouches apparaissent avec les premières chaleurs du printemps et on peut en  retrouver  jusqu’à  tard  à  l’automne.  Les  adultes  ne  sont  qu’actifs  que  durant  les journées claires et ensoleillées.

L’adulte peut pondre entre 200 et 800 œufs durant les deux semaines de sa vie d’adulte.
Elles pondent habituellement dans le pelage des jeunes bovins. Les œufs (environ 1 mm) sont  cimentés  au  poil  près  de  la  peau  de  l’animal  surtout  sur  les  pattes  mais  parfois ailleurs sur le corps. Ils éclosent après 2 à 6 jours et les larves pénètrent dans la peau. Elles s’y nourrissent, croissent et se déplacent lentement pendant une période d’environ 9  mois.  Hypoderma  lineatum  migre  habituellement  dans  la  paroi  de  l’œsophage  (tube qui relie la gueule à l’estomac) alors que H. bovis semble avoir une prédilection pour les tissus  profonds  et certaines  vont  entrer  dans  le  gras  du  canal  rachidien  (canal  qui contient   le   tissu   nerveux dans   la   colonne   vertébrale).   Les   larves   ont   tendance   à demeurer  dans  ce  site  pour  l’automne  et  l’hiver.  À  l’hiver  et  au  printemps,  la  larve arrive  au  dos  de  l’animal  et  y  mue.  Elle  se  perce  un  trou  dans  la  peau  pour  pouvoir respirer, une petite bosse d’environ 3 cm apparaît alors sur l’animal. La larve y demeure pour  une  période  de  5  semaines  et  puis  elle  agrandit  son  trou  et  tombe;  elle  mesure environ 25 à 28 mm. Après 3 à 10 semaines, une mouche va émerger.

Hypoderma bovis

Habituellement,  les  larves  sont  bien  tolérées  par  les  bovins  même  si  elles  occasionnent de  l’inconfort.  Quant  aux  mouches  adultes,  elles  harcèlent  les  animaux  qui  effrayés, vont s’enfuir et se blesser éventuellement.

Les trous percés dans  la  peau enlèvent de  la  valeur commerciale au cuir et constituent aussi des portes d’entrée pour d’autres agents microbiens. À l’abattoir, la présence des larves oblige à un certain parage de la carcasse ce qui peut lui enlever de la valeur.

Le  diagnostic  se  fait  par  la  détection  de  petites  bosses  sur  le  dos  de  l’animal.  Si  on écrase  accidentellement  ou  volontairement  ces  larves,  il  peut  s’ensuivre  une  réaction allergique  localisée  ou  généralisée.  Cette  dernière  réaction  peut  être  assez  grave  pour entraîner la mort de l’animal en quelques heures.

Plusieurs produits sont disponibles pour contrôler ces parasites (Ivomec, Warbex, lysoff, etc.).  Habituellement,  il  faut  éviter  de  traiter  en  décembre,  janvier  et  février  car  à cette  période,  les  larves  peuvent  se  trouver  au  niveau  de  l’œsophage  ou  du  canal rachidien   et   si   on   les   tue   à   ces   endroits,   il   peut   s’ensuivre   une   forte   réaction inflammatoire  qui  va  causer  des  signes  nerveux  ou  des  problèmes  de  ballonnement.  On attend  donc  qu’il  n’y  ait  plus  de  ponte  possible  pour  traiter  les  animaux,  soit  après  les premières gelées.

 

Les mites

Gale du périnée (Chorioptes bovis)


C’est la mite la plus fréquente chez les bovins et elle constitue souvent un problème de troupeau. Ce petit parasite est invisible à l’œil nu mais il cause une inflammation de la peau  avec  formation  de  croûtes  et  chute  de  plaque  de  poils  surtout  dans  la  région entourant  la  queue.  Elle  ne  cause  pas  beaucoup  de  démangeaisons.  La  litière  peut demeurer contaminée pour une période de trois semaines. Cette condition se manifeste plus  à l’automne  et  à  l’hiver.  Plusieurs  traitements  sont  disponibles,  un  diagnostic  doit être établi par un médecin vétérinaire.

Gale

(Source : Médiathèque, Faculté de médecine vétérinaire de St-Hyacinthe)
Gale du périnée ou chorioptique

Gale sarcoptique (Sarcoptes scabei)


C’est  une  condition  rencontrée  peu  fréquemment.  Elle  est  causée  par  une  mite  qui  se manifeste   surtout   lorsque   de   mauvaises conditions   sont   présentes :   entassement, malnutrition,  mauvaise  hygiène,  etc.  Elle  est  plus  active  lors  des  saisons  froides  et pluvieuses.  La  femelle  creuse  des  tunnels  dans  la  peau  et  y  pond  ses  œufs.  Cette maladie provoque des démangeaisons importantes avec des boutons rouges, des rougeurs de  la  peau,  une  chute  de  poil  et  des  croûtes  surtout  à  l’intérieur  des  cuisses,  sous  le poitrail, la base de la queue et l’encolure. Attention, cette maladie est transmissible à l’humain. Traitement: voir gale du périnée.

Gale sarcoptique

(Source : Médiathèque, Faculté de médecine vétérinaire de St-Hyacinthe)
Gale sarcoptique

Gale démodectique (Demodex bovis)


C’est  une  mite  qui  provoque  des  lésions  cutanées  surtout  chez  les  animaux  immuno- suppressés.  Les  mites  se  regroupent  en  colonies  et  forment  des  petits  kystes  de  2  à  10 mm de diamètre sur le cou, les épaules et le tronc, parfois sur les pattes. Ces bosses se situent  dans  la  profondeur  de  la  peau  et  sont  difficiles  à  voir  en  surface.  Chez  certains animaux,  les  lésions  peuvent  se  répandre  partout,  les  kystes  s’infecter  et  on  voit  alors apparaître des abcès et des croûtes. Traitement: voir gale du périnée.

Gale démodectique

(Source : Médiathèque, Faculté de médecine vétérinaire de St-Hyacinthe)
Gale démodectique

Le poux

Les  poux  sont  des  insectes  sans  ailes  mesurant  environ  2  à  3  mm  de  longueur.  Chaque espèce de poux préfère un hôte en particulier. Ainsi un pou de vache ne colonisera pas un  humain,  un  cheval  ou  un  porc.  Il  existe  trois  espèces  de  poux  au  Québec,  le  pou broyeur,  le  pou  à  nez  court  et  le  pou  à  nez  long.  Les  deux  derniers  se  nourrissent  du sang  de  l’animal.  Les  poux  sont  plus  fréquents  en  hiver;  le  poil  des animaux  plus  long, l’entassement et le moins bon état de santé des animaux sont des facteurs qui jouent en faveur   du   parasite.   La présence   de   poux   est   habituellement   associée   à   de   la malnutrition, de la surpopulation ou à de mauvaises conditions hygiéniques.

Pou à nez long

(Source : J.F. Butler, University of Florida)

Pou à nez long

 

Pou broyeur

(Source : J.F. Butler, University of Florida)

Pou à nez long

 



Les  poux  se  transmettent  généralement  d’un  animal  à  l’autre  par  contact.  Ils  irritent l’animal  qui  essayera  de  se  frotter  partout  pour  soulager  les  démangeaisons.  L’animal devient  nerveux,  dort mal,  mange  mal  ce  qui  provoque  une  baisse  de  productivité.  Si les poux (suceurs de sang) sont en grand nombre, ils peuvent provoquer de l’anémie et transmettre des maladies d’un animal à l’autre.

On diagnostique la condition en détectant les poux, visibles à l’œil nu, sur l’animal. Les poux choisissent des endroits où ils seront difficilement délogés : côtés du cou, poitrail, dos, partie interne des cuisses et la tête.

Le  traitement  s’effectue  à  l’aide  d’un  insecticide,  la  plupart  du  temps  à  verser  sur  le dos  de  l’animal  ou  en  poudre.  Habituellement,  on  répète  le  traitement  une  seconde fois, deux semaines plus tard car les œufs ne sont pas tués par le produit et éclosent 8 à 12  jours  après.  Le  fait  de  changer  la  litière  va  aider  au  traitement  mais  il  n’est  pas essentiel  de  décontaminer  l’environnement  immédiat  des  animaux  car  les  poux  ne survivent  guère  plus  d’une  semaine  s’ils  sont  séparés  de  l’animal.  Chaque  nouvel arrivant devrait être traité pour les poux pour prévenir une réintroduction.

Précautions générales lors de l’utilisation d’insecticides

1.   Avant d’utiliser les insecticides, lire les instructions et mises en garde,
2.   Entreposer les insecticides dans leur contenant original loin des aliments, de la portée des enfants, des animaux de compagnie et du bétail;
3.   Appliquer les insecticides seulement de la façon indiquée;
4.   Disposer des contenants vides dans les endroits désignés à cet effet par votre
municipalité;

L’Agence  canadienne  d’inspection  des  aliments  a  établi  des  niveaux  de  tolérance  de résidus  d’insecticides  dans  la  viande  de  boeuf.  Si  vous  appliquez  les  insecticides  selon les   recommandations,   la   viande   devrait   être   sécuritaire.   L’utilisation   incorrecte d’insecticides  peut  entraîner  la  présence  de  résidus  dans  la  viande  à  des  niveaux supérieurs aux normes établies. En cas de doute, consultez votre médecin vétérinaire.

Autres problèmes de peau d'importance

La papillomatose

L’Agence  canadienne  d’inspection  des  aliments  a  établi  des  niveaux  de  tolérance  de résidus  d’insecticides  dans  la  viande  de  boeuf.  Si  vous  appliquez  les  insecticides  selon les   recommandations,   la   viande   devrait   être   sécuritaire.   L’utilisation   incorrecte d’insecticides  peut  entraîner  la  présence  de  résidus  dans  la  viande  à  des  niveaux supérieurs aux normes établies. En cas de doute, consultez votre médecin vétérinaire.

Pour  les  types  1  et  2,  l’animal  guérit  généralement  seul,  sans  traitement.  Pour  les autres types (3, 4 et 5), les lésions ne régressent généralement pas. Si plus de 20 % du corps  est  atteint,  le  pronostic  pour  l’animal  est  sombre.  Il  faut  isoler  les  animaux infectés.

Papillomatose

(Source : Médiathèque, Faculté de médecine vétérinaire de St-Hyacinthe)
Papillomatose

La teigne

La teigne est causée par un petit champignon. Les lésions sont fréquentes, surtout chez les  jeunes  bovins,  et  elles  se  développent  entre  1  et  2  semaines  après  le  contact  puis augmentent pendant 1 à 2 mois et commencent à régresser ensuite. Elles se retrouvent souvent   autour   des   yeux,   sont   de   formes   circulaires   et   il   y   a   chute   de   poils   et épaississement  de  la  peau.  La  transmission  se  fait  par  contact  direct  ou  indirect  par contact  avec  l’environnement  souillé  ou  une  litière  contaminée.  Les  spores  peuvent persister dans l’environnement plusieurs mois.

Les  lésions  guérissent  habituellement  seules  après  quelques  mois.  Le  traitement  vise donc à accélérer la guérison. Il faut enlever les croûtes avec une brosse puis appliquer un onguent localement. D’autres traitements sont aussi disponibles en injectable ou par la gueule. L’exposition au soleil favorise la guérison. Attention, il s’agit d’une maladie transmissible à l’humain.

Teigne sur le dessus

Teigne sur le devant du corps

(Source : Médiathèque, Faculté de médecine vétérinaire de St-Hyacinthe)
Teigne

Références

VILLENEUVE, Alain. Les parasites des animaux domestiques du Québec. Cahier de notes de cours. Université de Montréal, Faculté de médecine vétérinaire.1994-1995.

KOEHLER P.  G.   et  J.  F.  BUTLER.  External  Parasites  on  Beef  Cattle.  Entomology  and Nematology  Department,  Florida  Cooperative  Extension  Service,  Institute  of Food  and  Agricultural  Sciences,  University  of  Florida.  Publication  date:  May 1995. Revised: October 2002. 

AGRICULTURE ET AGRO-ALIMENTAIRE CANADA. Lutte biologique contre les insectes ennemis du bétail. ARTHROPODES ENNEMIS DU BÉTAIL. Mise à jour janvier 2004.Agriculture et agri-alimentaire Canada